Nutriaa, Veille nutrition santé pour l'agroalimentaire
ID
Code
Nutriaa, Présentation veille nutrition santé Nutriaa, Abonnement veille nutrition santé Nutriaa, Le réseau de veille nutrition santé Nutriaa, L'annuaire de veille nutrition santé Nutriaa, Les contacts du réseau nutrition santé Nutriaa, Accès abonnés veille nutrition santé
Nutriaa, Veille nutrition santé
Dernières données sur les acides gras trans

En avril 2005, l’AFSSA publiait un rapport sur les risques et bénéfices pour la santé des acides gras (AG) trans apportés par les aliments. En France, les apports moyens en AG trans totaux représentaient en moyenne 1,3% de l’apport énergétique total (AET). Les principaux aliments contributeurs des AG trans totaux étaient à 60% les produits d’origine laitière et la viande de ruminants et à 40% les produits de panification et de viennoiserie industriels, les biscuits, les plats cuisinés et les barres chocolatées. La littérature scientifique montrait qu’ une consommation supérieure au seuil de 2% de l’AET sous forme d’AG trans totaux entraîne une augmentation significative du risque de maladies cardio-vasculaires. L’AFSSA considérait ce seuil comme un niveau de consommation à ne pas dépasser. Pourtant, 5% de la population française adulte et 10% des garçons de la tranche d’âge 12-14 ans dépassaient ce seuil. L’AFSSA recommandait donc une limite en AG trans fixée à 1 g/100 g de produit sous sa forme consommée et encourageait les industriels de la margarinerie et des matières grasses destinées au secteur de l’agro-alimentaire à diminuer les teneurs en AG trans de leurs produits.

Le 10 juin 2008, l’Institut Français pour la Nutrition a révélé que 578 des 603 produits alimentaires de marque nationale qu’il a analysés, soit 96%, avaient des teneurs en AG trans inférieures aux recommandations de l’AFSSA (1 g/100 g), et a transmis ces données à l’AFSSA et à la Direction générale de l’alimentation. En parallèle, les industriels de l’agro-alimentaire et les enseignes de distribution sont de plus en plus nombreux à signer des chartes d’engagement volontaire de progrès nutritionnels. D’autre part, il a récemment été démontré que des apports en AG trans naturels allant jusqu’à 1,5% de l’AET ne sont pas associés à une augmentation du risque cardiovasculaire, contrairement à la consommation de plus de 2% d’AG trans d’origine technologique.

Le 20 février 2009, l’AFSSA a adopté un nouvel avis sur l’estimation des apports en AG trans de la population française :
- elle conclut que les apports moyens en AG trans totaux (1-1,5 % de l’AET) sont plus faibles que ceux de 2005 et inférieurs au seuil de 2% de l’AET, quels que soient l’âge et le sexe ;
- les niveaux de consommation des AG trans d’origine naturelle (0,5-0,9% de l’AET) restent inférieurs à ceux identifiés comme ne présentant pas de risque au niveau cardiovasculaire ;
- considérant que la présence d’AG trans d’origine technologique dans les aliments ne présente qu’un intérêt techno-fonctionnel, l’AFSSA encourage l’effort de réduction de l’utilisation de ces AG trans, tant en alimentation humaine qu’animale.

Pour en savoir plus, abonnez-vous ou demandez un test gratuit en remplissant le formulaire disponible dans la rubrique « S’abonner » et consultez les fiches n°6217, 8582, 8898, 8813, 8695, 8795 et 9094.

Nutriaa, Fiche de veille nutrition santé
 
Nutriaa, veille nutrition santé pour l'agroalimentaire
Nutriaa, Information
Actuellement 13185 fiches de veille
 




Nutriaa, Agenda nutrition santé
Pas d'évènement actuellement